Mise à jour : 16 novembre 2017
244469 visiteurs depuis le 10 mars 2007
Égreville, le jeudi 19 avril à 23h33
Publié le 29 septembre 2007
Tous droits réservés
Merci d'acheter le journal
Logo de L'Yonne Républicaine

Dans le Sénonais : le « non » de Raincourt

Dans le Sénonais, quand on parle éoliennes, partout les opposants font entendre leur voix. La dernière prise de position est de poids. Il s'agit de celle d'Henri de Raincourt qui s'est exprimé lors du dernier conseil municipal de Dollot (Sénonais), mercredi soir. Il avait déjà fait connaître, par courrier adressé à tous les élus du canton de Chéroy, sa position quant à la demande déposée par la communauté de communes du Gâtinais, auprès des services de l'Etat, de création de cinq zones de développement éolien (Villethierry-Lixy, Dollot-Brannay, Dollot, Saint Valérien et Montacher Villegardin). Mercredi, le président du conseil général a considéré que « ce projet va totalement modifier l'environnement et les paysages dans lesquels nous vivons. On ne prend pas des décisions aussi lourdes de conséquences sans consultation de la population ». Et d'expliquer qu'il était, tout autant que les autres administrés, préoccupé de notre environnement et désireux de voir des énergies renouvelables se développer. Mais pas n'importe comment, à n'importe quel prix et surtout pas en installant des éoliennes.

« Nous n'avons pas besoin de l'éolien », a asséné Henri de Raincourt. « Lorsque EDF n'aura plus l'obligation d'acheter le kw/h au prix bonifié comme aujourd'hui, que ferons-nous des éoliennes ? », a-t-il questionné.

« Avoir près de chez moi des engins qui font deux fois l'Arc de Triomphe, la moitié de la Tour Eiffel, ça m'effraie. Pourquoi saccager le Bocage gâtinais et bousculer tout notre environnement ? Pour un intérêt exclusivement financier qui rapportera beaucoup d'argent aux promoteurs, un peu aux communes — 15 000 euros par an — et aux agriculteurs ».

Non à l'éolien industriel Haut de page Recherche Contact À propos du site